01 juillet 2013 ~ Commentaires fermés

BRULEE AU VISAGE SUITE A UN ACCIDENT DE TRAVAIL : Une femme dénonce son employeur

Vraisemblablement sans couverture sociale, Bachiri Nacera, une ouvrière âgée de 37 ans a subi ce mercredi 26 juin 2013 au niveau d’une usine sise à la zone industrielle de Mesra un accident de travail qui a brulé totalement son visage et ce, en essayant de manier une machine de plastique bouillonnant.

 

BRULEE AU VISAGE SUITE A UN ACCIDENT DE TRAVAIL : Une femme dénonce son employeur
Ce tragique accident est survenu ce mercredi à 8h30 du matin après quatre années de service. En effet, nous l’avons visitée dans sa chambre d’hôpital au deuxième étage du service de chirurgie femme, Nacera nous a raconté sacarrière avec une voix frêle et fragile. Elle occupe le poste de machiniste depuis 2009 dans cette usine qui fabrique des produits à base de plastique destinésà l’élevage de volaille. L’usine est la propriété de Mr B. Y., qui l’a embauchée il y a  4 ans déjà. La victime « Nacera » habite le quartier 5 juillet et elle était contrainte chaque jour à faire le va et vient pour un misérable salaire mensuel de 8000 dinars. Selon la victime : «Alors que je me préparais pour manier cette machine, le couvercle s’est envolé et je me suis débattue pour enlever le plastique bouillonnant qui coulait sur mon visage.». Nacera affirmé qu’elle n’a pas été déclarée à la sécurité sociale et ne peut, alors, avoir droit à aucune pension, pourquoi ? La réponse, selon elle est très simple : « dès le début, le patron n’a pas été clair avec nous et nous n’avions pas le choix, nous devions travailler pour vivre.» Notre interlocutrice a continué : « j’étais obligée de travailler toute l’année avec un maigre salaire sans assurance, ni congé annuel avec une seule journée de repos par semaine non payée». Les brulures causées par l’accident ont empêché la victime de continuer la conversation, mais sa mère et sa sœur accompagnées par une collègue qui a voulu témoigner sous couvert de l’anonymat nous ainformésde la situation et les conditions de travail que la victime ait été obligée d’endurer (de 8 h à 17 h et une demi-heure de repos) et parfois des heures supplémentaires allant jusqu’à 20 heures du soir. Contacté par téléphone, un agent administratif de l’entreprise a nié  les faits et  lorsque nous l’avons questionné sur la situation professionnelle de la victime. Ce dernier nous a répondu « oui elle est assurée et elle va bien, ce n’est qu’une simple brulure et elle se trouve maintenant dans sa maison pour se reposer.». Pourtant,l’appel téléphonique a été effectué depuis la chambre d’hôpital de la victime. La famille de « Nacera » aurait été contactée, à plusieurs reprises, par le directeur de l’usine et il est même venu la visiter en proposant un arrangement pour l’assurer, mais selon sa famille, ce n’est pas juste leur fille, c’est un combat pour mettre à l’abri les autres ouvrières si par malheur elles se trouvent du jour au lendemain victime d’un terrible accident de travail.

Les Commentaires sont fermés.

l'optimiste |
gueulard |
Blog de l'information quoti... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog de Brahim Rozzi
| robedesoire
| vision du monde d un tier m...