Archive | MOTS pour MAUX

18 décembre 2012 ~ 0 Commentaire

Algérie-France : 100 ans de solitude

 

Algérie-France : 100 ans de solitude
Entre la révolution des glorieux novemberistes, l’avènement puis la mort de Boumediene, l’arrivée de l’ex-Fis, l’affaire des moines de Tiberhine, la prise d’otage par le GIA du vol Alger-Paris, les chantiers et la loi de finances qui dérangent, la réticence des entreprises françaises à investir en Algérie, Renault qui tergiverse, les chantiers qui demeurent ouverts à l’instar de la mémoire collective, les dossiers qui fâchent, les relations bilatérales entre Alger et Paris ressemblent de plus en plus et surtout étrangement,  au best seller du romancier de Gabriel Garcia Marquez dans son 100 ans de solitude, au moment où le difficile contexte engendré par la crise du Mali semble à certains égards envenimer les rapports plus qu’elle n’en résout. Et dans ce contexte, l’autre historien Benjamin Stora résume bien les choses dans sa récente interview par l’AFP : « La société algérienne est animée par « une exigence de vérité » sur son Histoire, non seulement sur la guerre menée par la France de 1954 à 1962 mais sur 130 ans de colonisation française de l’Algérie, selon l’historien Benjamin Stora. D’ailleurs, l’homme qui vient de publier « Voyages en postcolonies, Vietnam, Algérie, Maroc » (Ed. Stock), a récemment été carrément consulté par le président François Hollande sur la dimension mémorielle de sa visite mercredi et jeudi en Algérie et plus généralement sur le Maghreb. Pour lui, nous autres Algériens, dans notre ensemble, nous appréhendons la question de mémoire plus que tout autre temps « notamment depuis 2005 qui a marqué le grand tournant ». Car selon le même observateur, avant, ce préalable n’était pas aussi vivement posé dans les rencontres officielles franco-algériennes mais, depuis l’adoption en 2005 de la loi sur la colonisation par l’Assemblée nationale française dont un article très controversé puis supprimé en 2006 évoquait « le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord »), les enjeux de mémoire ont pris une grande place en Algérie. Et de là il y a surtout des calculs politiques. Comme les hautes, puis les basses et les marrées à ne pas en finir peut être avant que 100 ans de solitude ne s’écoulent.

 

Ilies Benabdeslam
Mardi 18 Décembre 2012
la source
http://www.reflexiondz.net/Algerie-France-100-ans-de-solitude_a21124.html

Lire la suite

l'optimiste |
gueulard |
Blog de l'information quoti... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog de Brahim Rozzi
| robedesoire
| vision du monde d un tier m...